Actu Editorial

Gilles Alix « Bolloré était au courant »

Gilles Alix « Bolloré était au courant »

Les procès-verbaux (PV) des auditions des gardés à vue dans ce qui convient d’appeler « l’affaire des ports africains de Bolloré » commencent à révéler des précieuses informations sur les conditions d’attribution de l’exploitation des ports de Conakry et de Lomé au groupe Bolloré. Ce sont ces conditions qui interrogent la justice française qui a mis en examen l’homme d’affaire breton ainsi que plusieurs de ses collaborateurs.

Bolloré était au courant mais !

Selon les rapports des PV révélés par la presse, Monsieur Bolloré était au courant du soutien politique apporté au candidat Alpha Condé lors de la campagne électorale de

  1. C’est Gilles Alix don directeur général qui l’affirme « on l’a décidé pour avoir une assise politique afin que les activités économiques prospèrent. Bolloré était au courant. Il était d’accord sur le principe » et d’ajouter, histoire d’épargner son patron « sans connaître le montant ».

La formulation de Monsieur Alix est importante à analyser. Elle peut laisser croire que c’est le groupe comme entité économique jouissant le statut de personnalité morale qui a pris la décision de soutenir le candidat Alpha Condé pour « avoir une assise politique afin que les activités économiques prospèrent » et non Monsieur Bolloré comme personne physique et ami du candidat Alpha Condé. Il faut croire que les juges n’ont pas été convaincus par cette ligne de défense.

Alpha Condé « je privilégie les amis. Et alors ? »

Par ailleurs cette ligne de défense contraste avec les déclarations faites il y a quelques années par le président Alpha Condé qui n’avait pas hésité d’afficher sa proximité avec l’homme d’affaire « Bolloré est un ami » et de laisser paraître quelques insinuations « je privilégie les amis. Et alors ? »

Les spécialistes de la justice française se demandent d’ailleurs si cette sortie n’avait renforcé la conviction des policiers et des juges la nécessité d’approfondir les investigations autour de cette affaire.

Présomption d’innocence

Rappelons, que cette mise en examen ne vaut pas condamnation. Nous l’avons déjà dit mais il est fondamental de préciser que la présomption d’innocence est un principe qui vaut jusqu’à la condamnation finale et ce après épuisement de toutes les voies de recours. Il est aussi utile de rappeler, que les conseils de Monsieur Bolloré peuvent faire appel de cette mise en examen devant la chambre d’instruction de la Cour d’appel de Versailles dont le relève le Tribunal de Grande Instance de Nanterre.

La Rédaction

Laisser un commentaire