À la une Actu Politique Santé

COVID-19 GUINEE, le Bilan au lundi 20 avril : 495 hospitalisations

L’ANSS vient de rendre public les données actualisées des personnes infectées par le Coronavirus au 20 avril 2020. L’agence signale 43 nouveaux cas sur un échantillon de 102 personnes testées. La propagation du virus est lente, toujours au regard des chiffres officiels. Cependant le nombre de personnes testées (102), pour une population totale de plus de dix millions d’habitants, tend à montrer que l’incidence de la maladie n’est pas représentative. Il y a vraisemblablement davantage de porteurs du virus non identifiés et qui côtoient encore la population générale, d’où un risque de dissémination accélérée de la maladie dans les jours et semaines qui viennent.

L’amplification des tests représente un défi majeur pour le gouvernement dans l’optique de circonscrire la propagation du virus.

Dans le détail l’ANSS note un total de 622 cas confirmés pour 495 hospitalisations, 122 remissions et 5 décès.

Le taux de mortalité par rapport au total des cas confirmés est donc de 0.8% pour un taux de rémission d’environ 17%. L’indice d’hospitalisation est quant à lui d’environ 80%. Ce dernier chiffre est pertinent pour apprécier la gravité clinique des personnes détectées positives. Il montre, comme nous l’avons déjà mentionné, qu’environ 80 % des cas détectés était dans la phase avancées de la maladie, d’où la nécessité de les hospitaliser. Il montre également que la détection se fait tard dans l’évolution des manifestations cliniques.

Dans un pays comme la Guinée, en manque de lits d’hospitalisation, de réanimation de respirateurs…, il est impératif de détecter très précocement les personnes infectées afin de les isoler, peut-être dans les hôtels pour ne pas submerger les hôpitaux sous tension.

L’ANSS doit donc être soutenu et encourager dans ces efforts. L’heure n’est pas à la critique mais à sauver des vies et à protéger les Guinées. Le bilan se fera à la fin de la crise. Notamment il sera intéressant d’examiner pourquoi l’expérience de la gestion de l’épidémie d’Ebola ne constitue pas un ressort dans la lutte actuelle contre le coronavirus. Mais pour l’heure focalisons-nous et mobilisons-nous dans la bataille et chacun a son rôle à jouer, ne serait que par son attitude sur les réseaux sociaux.

La Rédaction

Laisser un commentaire