Actu

Exclusif : le lobby minier sauve la tête d’Abdoulaye Magassouba

L’annonce de la composition du premier gouvernement du nouveau premier ministre Ibrahima Kassory Fofana (Don Kass) est intervenue hier soir. La radio publique, RTG, a annoncé la nomination d’un gouvernement pléthorique de trente-trois membres par le chef de l’Etat, Monsieur Alpha Condé.

Le président Alpha Condé avait promis un gouvernement de rupture « à l’écoute de la majorité silencieuse » mais le sentiment général des Guinéens est plutôt mitigé. Sur les réseaux sociaux même les plus fervents militant du RPG, parti présidentiel, ont du mal à trouver du renouveau dans cet attelage qui tient plus à un jeu de chaise musicale. Dix-neuf ministres sortants, tous au bilan peu élogieux, ont été reconduits dont certains avec promotion après avoir manifestement et lamentablement échoué.

Magassouba reste aux mines

Le nouveau gouvernement sera sévèrement jugé dans les semaines et mois à venir. Les Guinéens seront impitoyables avec des ministres nourris au biberon des promesses du président Alpha Condé. Parmi les ministres reconduits, il y a Abdoulaye Magassouba, ministre des mines du gouvernement sortant. Monsieur Magassouba est reconduit dans les mêmes fonctions dans le nouveau gouvernement. D’après nos informations, le jeune quadra doit son maintien au lobbying des société minières. Monsieur Magassouba qui a conduit des nombreuses réformes dans le secteur est très apprécié par les responsables des société minières. Il faut dire que le secteur minier a fait un bon rebond ces dernières années. Ce rebond a avant tout bénéficié au chiffre d’affaire des exploitants. Il faut tout de même noter que la bonne santé de ce secteur a permis d’accroitre les recettes publiques, comme l’a noté la dernière mission d’évaluation du fond monétaire international (FMI).

D’après nos sources, le lobby minier a mis tout son poids sur la table pour le maintien du ministre Magassouba. Les responsables du secteur ont fait valoir auprès du président Condé et du premier ministre Fofana l’argument de la stabilité et la continuité dans la gestion des politiques minières entreprises ces dernières années. Il faut croire que le président et le premier ministre ont été sensibles à ce plaidoyer. En effet, force est de constater qu’il a réussi à sauver la tête d’un ministre très discret et dont le bilan est difficile a apprécié.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *