Actu

Lansana Kouyaté durcit le ton et se place en recours pour l’alternance

Le président du PEDN, Lansana Kouyaté hausse le ton pour dénoncer l’immobilisme de l’exécutif face aux tueries perpétrées contre les militants de l’opposition lors des manifestations politiques. L’ancien premier ministre, toujours à l’extérieur du pays, dénonce fermement le manque d’enquête face aux nombreux crimes commis contre les opposants. Absent du pays depuis fort longtemps Monsieur Kouyaté trouve dans les réseaux sociaux son moyen de communication et son terrain d’expression. Sur son compte Twitter, qui affiche plus de dix mille abonnés, il déplore « Des centaines de victimes ont été enregistrées depuis la transition, sans aucune enquête sérieuse. » Il appelle l’exécutif à se réveiller et condamne le fatalisme et l’immobilisme face à l’injustice « Le régime doit enfin se réveiller car les crimes impunis ne seront jamais acceptés comme une fatalité. »

Le président du PEDN, parti de centre droit, ne se limite pas à une simple dénonciation. Toujours sur Twitter il affiche sa volonté d’incarner l’alternance « L’injustice a beau duré, elle finira par être vaincue. Sous peu et ensemble, nous vaincrons par notre leitmotiv : rassembler pour gagner et unir pour gouverner. » Il faut dire que l’ancien premier ministre incarne sur un plan stratégique une opposition très coriace. Il est resté constant et cohérent dans sa posture et ses prises de position. Il s’est refusé toute compromission et tout compris. Rappelons qu’au lendemain des élections législatives il a été le seul à ne pas vouloir engager son parti dans le débat parlementaire. Lui-même élu député il a refusé de siéger à l’assemblée nationale. Allié du président Alpha Condé lors du deuxième tour de l’élection présidentielle de 2010, il a retiré les membres de son parti du gouvernement suite à des divergences sur la politique et la méthode de gouvernance dit-on dans son entourage. Malgré plusieurs tentatives de conciliation avec Monsieur Alpha Condé, il est resté en dehors du cadre gouvernemental. Il a su incarner une forme d’opposition frontale mais en douceur. Histoire de ne pas froisser les militants et cadres du RPG. Il n’est membre d’aucune plateforme d’opposition mais ses violentes diatribes trouvent souvent un fort retentissement.

La perspective de la prochaine élection présidentielle prévue en 2020 semble intéressante pour Monsieur Kouyaté qui pense pouvoir rassembler et fédérer les déçus de la majorité. Monsieur Kouyaté sait aussi qu’il est perçu par certains cadres et militants du RPG comme un recours potentiel. En effet, le président Alpha Condé termine son deuxième et dernier mandat sans qu’aucun dauphin n’émerge au sein du RPG. Cependant, sa longue absence du pays interroge les Guinéens. Il faudra tôt ou tard rentrer au bercail où se jouent les batailles politiques. Ses militants sont esseulés sur le terrain par son absence même si les responsables de son parti ont résisté aux sirènes du pouvoir. Mais le parti a besoin d’un leader qui incarne une certaine autorité. Les populations ont aussi ce besoin de se sentir entourées et soutenues par les aspirants politiques dans les moments difficiles. La proximité avec le peuple se tisse au quotidien et au contact direct.

La Rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *