Analyses et Contributions

Nouveau gouvernement : Kassory Fofana trébuche déjà !

La composition du nouveau gouvernement a été dévoilée hier soir. Quelques jours seulement après sa nomination, le nouveau chef du gouvernement Ibrahima Kassory Fofana avait la responsabilité de composer un gouvernement de rupture. En effet, le président Alpha Condé, qui fustige régulièrement l’incompétence et la corruption de ses ministres, avait promis un gouvernement « à l’écoute de la majorité silencieuse ».

La rupture dans la continuité !

Les Guinéens vont devoir attendre, pour la rupture. En effet, le nouveau gouvernement ressemble plus à un jeu de chaise musicale. Dix-neuf des trente-trois nouveaux ministres étaient en fonction dans le dernier gouvernement de Mamady Youla. La presse note ce matin le manque d’audace et de surprise dans la formation de ce nouveau gouvernement. Nos confrères de RFI titrent « Guinée : peu de surprise dans le nouveau gouvernement » (http://www.rfi.fr/afrique/20180527-guinee-fofana-alpha-conde-gouvernement).

 Déjà la trébuche !

L’analyse de l’architecture de ce nouveau gouvernement amène à la conclusion que, Monsieur Fofana a déjà trébuché. Le nouveau chef du gouvernement affiche des ambitions très élevées quant à la croissance économique et sa traduction en développement par l’amélioration des conditions de vie des Guinéens. Malgré les chiffres macroéconomiques, avec notamment une forte croissance, registrés par la Guinées ces dernières années la pauvreté et la misère n’ont jamais été aussi présentes dans le pays. Des nombreuses familles ne peuvent plus s’offrir trois repas journaliers. Il sera difficile pour Monsieur Fofana, malgré ses ambitions, de produire des résultats avec des ministres qui ont déjà échoué.

Contexte, social, politique et électoral délicat !

Les mêmes causes produisant toujours les mêmes effets, on peut s’attendre à une dégradation de la situation sociale par l’inefficacité du gouvernement. Monsieur Fofana prend les rênes du gouvernement dans un contexte politique et social difficile. Par ailleurs, le gouvernement va avoir à gérer une période électorale délicate avec l’organisation des élections législatives (fin 2018 ou début 2019) et présidentielle (fin 2020). Ce contexte électoral impose des contraintes politiques et budgétaires délicats. Il aurait fallu plus d’audace et de volonté dans la formation du nouveau gouvernement par l’injection du sang neuf pour conduire une politique économique et sociale crédible et gérer un contexte politique et électoral qui risque d’être explosif.

Nous avions dans un éditoriale exprimé l’idée que Monsieur Fofana peut surprendre (http://laguineeka.com/kassory-fofana-pourquoi-il-peut-surprendre/). Si nous maintenons notre argumentaire, la composition de ce nouveau gouvernement instaure des doutes quant à la survenue d’une telle surprise.

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *