Editorial

Politique : Alpha Condé – Cellou Dalein Diallo, se rencontrer pour les besoins des images ?

Une rencontre entre le Président de la République, Alpha Condé et le Chef de file de l’opposition Cellou Dalein Diallo est en cours de négociation. Même si Monsieur Diallo à exiger d’avoir des garanties que la rencontre aboutira à des résolution fermes et concrètes de la part du chef de l’Etat, les négociateurs (religieux et émissaires internationaux) espèrent aboutir rapidement à caler une date.

La perspective de cette rencontre suscite de l’espoir. La concertation entre acteurs politiques constitue en toute circonstance un facteur de maturité et de vitalité politique et démocratique. La démocratie de par sa nature se fondant sur le débat d’idée et le dialogue, il est toujours préférable et salutaire que les divergences politiques soient appréciées et résolues par la concertation et la discussion entres acteurs concernés.  Toute initiative s’inscrivant dans ce cadre est à encourager. Le contexte politique guinéen actuel marqué le long mouvement syndical et les violentes manifestations politiques (plusieurs militants de l’opposition ayant perdu la vie) nécessité une concertation au plus sommet de l’Etat. Ainsi cette rencontre entre le président de la République garant de l’équilibre des institutions et le chef de file de l’opposition s’apprécie à juste valeur.

Seulement, ce genre de rencontre les Guinéens en ont connu plusieurs. A chaque fois qu’il y a eu une crise politique dont la gravité s’apprécie malheureusement par le nombre de morts, les deux hommes ont été invités à se rencontrer et à parler. Les rencontres sous les ors de la républiques éclairés par les flashes des photographes et autres cameras des reporters ne doivent pas être qu’un gadget qui permet de tempérer l’agitation des esprits. Elles doivent s’inscrire dans une réelle volonté de trouver une solution concrète et réalisable à chaque problème, de façon à ce que le facteur à l’origine du problème soulevé ne se reproduise plus. Les Guinéens ont le sentiment que les deux hommes tournent en rond sans se dire les vérités. Il est vrai qu’on ne sait pas ce qui se dit une fois terminé le crépitement des appareils et que les deux hommes se retrouvent face à face.

La prochaine rencontre doit tout, au moins, régler les problèmes de violence contre les paisibles citoyens. Elle nécessite donc que le dialogue soit franc et direct. Les deux hommes doivent chacun apporter des propositions pertinentes pouvant aboutir à des solutions concrètes. La concertation nécessaire entre les deux finira par perdre toute crédibilité si elle ne permet pas de créer un climat de confiance permanent et des solutions réelles aux problèmes.

Se rencontrer oui mais pour se dire quoi ? C’est plutôt la réponse à cette question qu’attendent les Guinéens que la rencontre elle-même !

La Rédaction.

Laisser un commentaire