À la une Actu Editorial

Religion : Le « coming out » du président Alpha Condé

Le président de la République, Monsieur Alpha Condé a fait récemment une sortie qui interroge. Le chef de l’Etat évoquant les intrigues et autres manœuvres qui entourent la formation du nouveau gouvernement a tenu à rappeler son appartenance à la communauté musulmane et sa foi en Dieu « Je suis un musulman et je crois en Dieu ». Au-delà des intrigues du palais, il nous a semblé nécessaire de revenir sur cette petite phrase énigmatique.

Militant de la gauche laïque, peu en phase avec les convictions religieuses

Le président Alpha Condé est un homme de gauche. Il a grandi en France et a été longtemps membre du parti socialiste (PS) français. Monsieur Condé est membre de l’internationale socialiste tout comme le Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG), dont il est le père fondateur. La gauche est fondamentalement attachée à la laïcité et les camarades de gauche ne sont pas connus pour leur attachement particulier à la religion ni pour leur foi en Dieu. La gauche a toujours combattu l’Eglise chrétienne en France, la considérant comme un moyen de soumission et de domination sociétales.

Une relation conflictuelle avec les imams

Les relations entre le chef de l’Etat et les imams du pays n’ont pas toujours été apaisées. En février 2009, Monsieur Condé avait eu des mots très durs à l’encontre de ceux qui dirigent les prières dans le pays « Nos religieux musulmans là sont des démagogues. C’est vraiment honteux » avait-il avancé. Lors de la même sortie Monsieur Condé avait affirmé éprouver de la honte envers la religion de Mohamet « J’ai honte d’être musulman ».

Le courroux de Monsieur Condé envers les imams du pays était dû à la complaisance de ces derniers à l’égard du capitaine Moussa Dadis Camara. En effet, lors d’une rencontre avec les chefs religieux, Elhadj Mamadou Saliou Camara, à l’époque deuxième imam de la grande mosquée Fayçal s’était permis de dire « … Mon président Capitaine Moussa Dadis Camara, nous souhaiterions que vos belles paroles soient accompagnées par des actes concrets… ». Le premier imam de l’époque Elhadj Ibrahima Bah avait carrément vu le capitaine Camara en sauveur de la nation en déclarant en Soussou «…Kha mou lan wotan na bé toun… » dont la traduction donne « tant que ça ne va pas vous serez-là »

Monsieur Alpha Condé n’avait pas manqué de louer l’intelligence de l’Eglise chrétienne du pays. L’archevêque de Conakry, Monseigneur Alber Gomez s’était contenté d’une expression mesurée dans un langage policé et ciselé « …nous vous avons écouté. Maintenant que vous ayez défini votre ligne, l’Eglise va y réfléchir pour faire des propositions en fonction de ça. Et au moment venu, nous vous demanderons de nos accorder une audience pour vous soumettre nos propositions… ».

Le collège des imans du pays avait violemment réagi à cette diatribe de Monsieur Condé. Dans une lettre ouverte sous forme de tribune les imams avaient pointé du doigt la faible connaissance de l’islam par Monsieur Condé ainsi que la fébrilité de sa foi religieuse.

Un revirement de situation qui interroge

Le changement de discours du président de la République envers l’Islam pose question. En effet, le tropisme religieux du président n’est pas très prononcé. Comme nous l’avons déjà dit, Monsieur Condé a grandi en France dans une culture de gauche laïque. Elu président d’un pays dont le peuple est fondamentalement croyant, il a dû se réadapter à ce contexte religieux très marqué. Le poids des chefs religieux (musulmans et chrétiens) est considérable dans des nombreux domaines de la vie politique et sociale.

A l’approche du mois saint du ramadan, il est permis de croire que le chef de l’Etat cherche à se rapprocher des imams, les représentants de la plus grande communauté religieuse du pays. A quelle fin ? Nul ne saurait le deviner. Mais ce petit mot du président (Je suis un musulman et je crois en Dieu) sonne comme une câlinothérapie.

La Rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *