À la une Actu Editorial Santé

COVID GUINEE : les chiffres en dents de scie de l’ANSS qui posent question

L’ANSS en charge de la bataille contre le COVID en Guinée a livré les données mises à jour sur l’évolution de l’épidémie. Et le moins que l’on puisse dire est que ces chiffres sont de nature à susciter doute et interrogation. On assiste depuis quelques jours à des fluctuations en dents de scie. Ces variations sont d’autant inquiétantes que l’ANSS ne fournit aucune raison qui pourrait les expliquer.

Entre le 24 et le 27 avril le nombre des nouveaux cas n’a fait que varier, passant de 92 au 24 avril à 42 le 25 avril (baisse de 50%) avant de remonter à 98 au 26 avril (augmentation de 50%) puis 69 au 27 avril (baisse d’environ 30%).

Ces chiffres sont difficiles à interpréter au regard des incohérences qu’ils comportent. Le faible nombre de tests de dépistage réalisés par l’ANSS complique davantage la compréhension de ces données. Aucun élément ne permet d’affirmer que le pic de l’épidémie a été atteint alors que les chiffres de ces derniers jours sont plutôt ceux d’un plateau. Le plateau en langue épidémiologique est une période stationnaire à faible variation, qui tend à montrer un ralentissement de la progression, voir une décroissance lente mais perceptible.

Il se pose dès lors la solidité des données fournies par l’ANSS depuis le 24 avril. L’hypothèse de la fiabilité des tests se pose et pourrait peut-être apporter un début d’explication. Il est plausible que le nombre des faux négatifs soit un facteur qui permet d’expliquer les pics de baisse et d’élévation.

Il faudrait que l’ANSS apporte davantage de rationnels qui pourraient expliquer ces données au risque de semer la panique au sein de la population.

London CAMARA

Directeur de Publication

Laisser un commentaire