Editorial

La portée de la sortie de Damaro Camara sur la candidature d’Alpha Condé en 2020

Le président de la majorité parlementaire à l’assemblée nationale a fait ces derniers jours une sortie d’une portée significative. Le patron du groupe parlementaire RPG Arc-En-Ciel, Amadou Damaro CAMARA a déclaré chez nos confrères d’Aficaguinée que le président Alpha Condé ne présentera pas sa candidature à l’élection présidentielle de 2020. Il devrait plutôt dire que le président ne modifiera pas la constitution afin de s’autoriser un troisième mandat. Le président Alpha Condé termine en effet son deuxième et dernier mandat. La constitution qui limite le nombre de mandats à deux, interdit ainsi le chef de l’Etat à se présenter pour un troisième.

Seulement depuis quelques mois certains cadres de la majorité présidentielle s’expriment dans les médias et les réunions publiques pour appeler le chef de l’Etat à envisager la modification de la constitution afin de supprimer la limitation du nombre de mandats. Cette modification constitutionnelle qui permettrait au Président de la République à se présenter à l’élection présidentielle de 2020, passerait nécessairement par un referendum. En effet, le RPG arc-En-Ciel ne dispose pas de la majorité qualifiée à l’assemblée nationale qui lui aurait permis de procéder à une révision constitutionnelle sans passer par la voie référendaire.

La récente sortie de Damaro CAMARA qui semble signifier l’abandon du projet de la révision constitutionnelle marque un tournant. Comment interpréter une telle assertion dans un contexte politique et social tendu. Le pays a connu un mouvement social qui a paralysé l’éducation nationale pendant un long mois. Les manifestions politiques de ces dernières semaines ont été d’une violence inouïe. La situation économique du pays n’est pas des plus reluisantes.

La déclaration du président du groupe majoritaire à l’assemblée peut se lire sous plusieurs angles. Il est possible de penser que Monsieur CAMARA a voulu mettre la pression sur le président de la République pour le dissuader de s’engager dans un projet politiquement risqué. En l’occurrence aucun signe ne montre un engouement populaire franc des Guinéens pour un referendum. Aucun élément factuel ne permet actuellement d’envisager une éventuelle victoire du oui. Le risque pris pesera très lourd en cas de victoire du non qui enterrerait les rêves d’un troisième mandat à l’actuel locataire de Sekhoutoureyah. Une telle défaite de la majorité risquerait de creuser le fossé entre le RPG et le peuple et compromettrait ainsi la victoire d’un candidat qui serait choisi au pied levé pour remplacer le Président Alpha Condé. Il faut aussi mentionner les risques de violences qu’un projet de révision constitutionnelle pourrait engendrer dans le pays.

Il est aussi possible de penser que Monsieur CAMARA à voulu par cette sortie faire diversion afin de détourner l’opinion publique sur les différentes crises politiques et sociales qui minent le pays. Le débat public se focalise depuis plusieurs semaines sur les mouvements syndicaux et les manifestations de l’opposition. La combinaison de ces mouvements empêche d’évoquer toutes les autres actions du gouvernement. Annoncer la non candidature du chef de l’Etat à une élection à laquelle il n’est pas qualifiée peut avoir le mérite de calmer les esprits déjà en ébullition.

Enfin il est aussi tout à fait plausible que cette sortie de DAMARO CAMARA s’inscrit dans une certaine sincérité. Cela signifierait que la majorité présidentielle a pris la mesure des risques. Cette dernière option est accréditée par la volonté affichée par le RPG de se choisir un candidat dans les mois à venir. D’après le chef de file des députés Arc-En-Ciel, le RPG va dans les semaines et mois qui viennent entamer un mouvement de réforme et de transformation profondes des structures du parti. Ces mutations auront pour point d’orgue le choix d’un candidat pour l’élection présidentielle de 2020. Aux dires de Monsieur CAMARA quelque dizaine de personnalités du parti constituerait déjà une short list.

Les prochaines sorties des responsables du RPG permettront d’éclairer l’opinion publique sur les orientations de la majorité sur un éventuel troisième mandat du président Alpha Condé.

La Rédaction.

Laisser un commentaire