Actu Politique

Santé : 25% des banques de sang contaminés par le paludisme en Afrique noire

La septième édition de l’Initiative multilatérale sur le paludisme (MIM) s’est tenue à Dakar du 15 au 20 avril 2018. A l’occasion de cette rencontre les chercheurs ont rendu public les résultats d’une étude relative à la gestion des banques de sang de transfusion en Afrique noire.

Méta-analyse

L’étude en question est une méta-analyse qui a compilé les résultats d’une vingtaine d’études sur le sujet. Cette méta-analyse a concerné les données médicales de 24.000 donneurs de sang, notamment au Nigeria, pays le plus peuplé du continent.

Le résultat montre que près d’un quart (23,46%) des réserves des banques de sang sont poteuses des parasites à l’origine du paludisme. Le pic a été atteint en Guinée Equatoriale où des tests spécifiques ont permis de démontrer un taux de contamination de 29,5%. Soit environ un tiers des réserves.

Ces données permettent d’expliquer en partie les difficultés relatives à lutte contre paludisme. En effet, la contamination des banques sanguines amplifie l’incidence de la maladie, soit le nombre des nouveaux cas. En effet des personnes qui n’étaient pas porteuses des parasites, transfusées par du sang contaminé pour toute autre maladie peuvent attraper le paludisme. Par ailleurs depuis des nombreuses années, les efforts ont été portés sur la lutte contre la contamination directe. Cette nouvelle découverte permettra de porter l’attention sur la contamination indirecte par la transfusion sanguine.

Facteur de vulnérabilité des femmes enceintes et des enfants

Les femmes enceintes et les enfants sont les couches de la population les plus vulnérables. Ces deux couches sont celles qui ont le plus besoin de transfusion sanguine. Il faut rappeler que 90 % des cas de paludisme sont enregistrés en Afrique noire. Les résultats de cette analyse pousseront désormais les autorités et le personnel de santé à procéder à des analyses plus poussées des échantillons destinés à la transfusion des femmes enceintes et des enfants.

La Rédaction

 

Laisser un commentaire