À la une

Sidya Touré « amorce » la rupture avec le président Alpha Condé

Le président de l’union des forces Républicaines (UFR), Sidya Touré vient de faire une déclaration qui marque une certaine prise de distance avec le président Alpha Condé et la majorité présidentielle. Monsieur Touré qui demeure officiellement Haut Représentant du chef de l’Etat se trouve dans une situation complexe dans sa relation avec la majorité présidentielle.

Membre du gouvernement

L’UFR est associée à la gestion des affaires publiques du pays. En effet, le parti dispose d’un ministre important au sein du gouvernement. Le ministre des ressources animales, Monsieur Mohamed Tall est un membre influent du parti. Jusqu’à sa nomination au gouvernement Monsieur Tall était directeur de cabinet de Monsieur Touré. Par ailleurs, le secrétaire exécutif du parti, Monsieur Baïdy Aribot a été récemment nommé deuxième vice-gouverneur de la banque centrale, par le président Alpha Condé.

« Je ne suis pas de la mouvance »

Le président de l’UFR Monsieur Touré entame un processus de clarification des relations que son parti entretient avec la majorité. Cette clarification semble plus que jamais nécessaire. La prochaine élection présidentielle est prévue en 2020. Monsieur Touré qui aura soixante-quinze ans en 2020 sait que cette élection risque d’être son ultime chance d’accéder à la présidence de la République. Monsieur Touré qui souhaite se consacrer entière à cette énième bataille sait que le bilan peu reluisant de la majorité présidentielle risque d’être délicat à assumer lors de la campagne présidentielle. Il y a nécessité de clarifier les positions dès maintenant. C’est probablement la stratégie de Monsieur Touré qui vient de déclarer ne pas appartenir à la mouvance « Je ne suis pas de la mouvance. L’UFR n’est pas un parti de la mouvance présidentielle. Il faut que ce soit très clair ».

« Il faut que ce soit clair », les mots sont ben choisis comme pour effacer toute ambiguïté. Cette déclaration annonce une prise de distance, certes timide mais évidente et une rupture annoncée avec le pouvoir. Nous avions déjà évoqué la nécessaire clarification que l’UFR se doit d’apporter dans ses relations avec le pouvoir. Le processus est amorcé même timidement mais il est en route.

 

La Rédaction.

 

 

Laisser un commentaire